Blog

Comment Michelle Gisin Concilie Cycle Menstruel Et Sport

cycle menstruel et sport
Rate this post

Une athlète sur trois subit son cycle menstruel.

En fais-tu partie ?

Ce qui est certain, c’est que ton cycle influence tes performance sportives.

La cause ? La variation de tes hormones

La bonne nouvelle ?

Si tu connais ton cycle, tu peux adapter ton activité sportive. Amoindrir tes douleurs et optimiser tes phases de récupération.

Plutôt que de te battre contre ton corps, tu peux en faire un allié!

Ca semble trop beau pour être vrai ?

Pourtant, Michelle Gisin est formelle: son cycle est devenu son meilleur entraineur.

Comment fait-elle ?

Je t’invite à lire la suite.

Bonne lecture!

Pourquoi t’intéresser à ton cycle?

Es-tu comme moi: Encore traumatisée par les cours de biologie du lycée? Salut le bourrage de crâne.

Franchement, plus théorique tu meurs.

Un jour, je suis tombée sur un bouquin qui a changé ma vie de femme.

Oui. Tout à fait. En deux heures de lecture j’en ai autant appris sur moi que sur les 20 dernières années. C’était totalement révélateur.

Oui c’est normal d’être fatiguée avant ses règles. Oui c’est normal d’être de mauvaise humeur. Et alors ? Maintenant je ne m’auto-flagelle plus. J’accepte les phases de mon cycle et les mets totalement à profit. Je m’autorise à lever le pied quand il faut.

Depuis, je suis plus productive et performante. Je ne travaille plus contre mon corps, mais avec lui. Et c’est totalement libérateur.

Ce bouquin est: kiffe ton cycle de Gaëlle Baldassari . Peut-être l’as-tu toi-même déjà lu ?

Cycle menstruel et sport

Gaelle a clairement vulgarisé le cycle menstruel de la femme. Elle en a même fait un blog: kiffe ton cycle.

Elle compare le cycle menstruel à une session de surf (j’y reviendrai plus tard). Le cycle menstruel est clairement schématiser.

Non seulement, c’est bien plus parlant que le charabia du prof de lycée. Mais en plus, c’est un super truc mémo-technique.

Son message ?

Le but est de « faire les choses en accord avec soi-même et pas contre  soi même

Gaëlle Baldassari

Pourquoi cette phrase change tout pour toi ?

Pour ta pratique sportive !

Cycle menstruel et sport peuvent se réconcilier!

En réalité, combiner menstruation et activité physique n’est pas si novateur. Un peu d’histoire:

Juillet 2019: les américaines gagnent les mondiaux de foot. Leur secret ? Leur coach se base sur leurs cycles pour les entrainer.

Ce que je me demande, c’est si cette pratique s’est répandue depuis. Ou si le sujet est encore tabou.

Dans tous les cas saches que toi, tu peux t’approprier ton cycle.

Ton premier coach personnel devrait être ton cycle.

Voici ci-dessous comment faire:

Ton cycle = une session de surf

Tu as déjà surfé ?

Moi oui. Enfin disons plutôt que j’ai essayé. Moi qui m’imaginais tenir debout sur une planche les cheveux au vent… J’avais plutôt l’air d’une peluche dans une machine à lavée…

Enfin bref. Tout ça pour dire que surfer n’est pas si simple.

Ton cycle menstruel ressemble fortement à du surf avec ces 4 phases.

Mais avant d’entrer dans les détails j’ouvre une petite parenthèse.

Garde toujours ceci en tête:

En matière de règles, il n’y a pas de règle

En terme de durée, de douleurs, de flux, de tout en fait. Chaque femme est unique.

Cycle menstruel long. Cycle menstruel court. 28 jours, 21 jours, 33 jours? Tout est normal.

Les hormones oestrogènes et progestérone sont à la base de ce rythme. Elles sont produites par les ovaires.

Pour allier ton cycle menstruel et sport il faut absolument savoir ce qui suit!

La première phase commence par les règles

Les Anglais débarquent. Ton utérus fait peau neuve. Pas besoin de te dire que c’est le jour le plus critique de l’année. Et c’est normal ! Tes hormones sont en chute libre.

C’est la première phase de surf. Tu es posée ta planche. Tu observes les vagues pour décider laquelle tu vas choisir.

via GIPHY

Et le sport alors ?

Tu te demande si on peut faire du sport pendant ses règles ? Si ton cycle menstruel et sport sont compatibles ?

La réponse est oui, bien sûr !

Y’a qu’à voir Paula Radcliffe. Elle a battu le record mondial le premier jour de ses règles au marathon de Chicago en 2002. Pas mal la meuf

Cycle menstruel et sport

Or c’est n’est pas la norme.

Cycle menstruel et sport ne sont pas les meilleurs potes. Beaucoup d’athlètes souffrent de douleurs et de fatigue. Les performances sont à la baisse.

Y compris les pros comme Michelle Gisin :

“Je ne voulais pas admettre que j’avais besoin de repos ce jour-là. Je faisais même plus d’exercices que d’habitude et j’essayais de soulever encore plus de poids. Je travaillais contre mon corps et réprimais ou ignorais ses signaux. Et j’en ai payé le prix : Je me retrouvais avec de telles crampes que les entrainements, je les passais en bas des pistes, repliée sur une chaise.

Michelle Gisin

Mais alors que faire pendant cette période ?

Parfois il faut reculer pour sauter plus loin.

Peut-être qu’à cette période, tu ne sais plus où tu en es. Tu as envie de tout mais de rien à la fois. S’entrainer ? Regarder un film ? Voir des amis ?

Je pense que cette période est idéale pour : Te faire plaisir, prendre soin de toi.

PROFITER DE POUVOIR PRENDRE LE TEMPS , tout simplement 🙂

Regarde ce que tu as accompli ce dernier moi. Tu as le droit de prendre une pause non ?

Ton corps, lui ne va pas te poser la question. IL A BESOIN D’UNE PAUSE. il est fatigué. Point barre.

Tu as peut-être déjà remarqué que durant cette période, tu ne veux voir personne. Et c’est très bien. Profite. Recharge tes batteries pour affronter le nouveau cycle. Repose-toi sur ta planche de surf.

Et côté alimentation ?

Fait attention à ton équilibre ferreux. Lors des règles, tu perds du fer et si tu ne fais pas gaffe, tu peux devenir anémique. Pour prévenir et combattre l’anémie, je t’invite à consulter cet article.

Que faire en cas de douleurs ?

La douleur et son traitement sont une affaire personnelle. Chacune gère comme elle veut et peut.

Voici deux remèdes naturels que j’utilise pour soulager mes douleurs menstruelles (ou plutôt que j’utilisais car après ma première grossesse, je n’ai plus ressenti de douleurs. Trop bien ! )

  1. Infusion de millefeuille. C’est dégueulasse mais ça me soulageait tellement que j’ai fini par aimé ce goût. Comme quoi, le corps est bien fait 🙂 J’achète cette tisane en pharmacie





2. Adopter un régime anti-inflammatoire. J’en ai fait un article. Mais d’une manière générale, ce qui aide souvent, ce sont des omega 3. Pour ce, j’ajoute 1cs à soupe d’huile de lin à mon muesli chaque matin. Je l’achète simplement à la Migros.

Cycle menstruel et sport
Cycle menstruel et sport

Arrive la deuxième phase de surf: la prise d’élan

3-4 jours après tes règles commencen la seconde phase. Tu pagayes pour “attraper la vague”. Tu prends de la vitesse.

via GIPHY

Ton niveau d’énergie remonte. Tout gentiment. Mais sûrement. Tu te sens “naître à nouveau”

Ta motivation pour “prendre la vague ” est au rendez-vous.

Cette sensation va crescendo jusqu’à l’ovulation (qui sera le troisième phase). Tu te trouve donc en phase “pré-ovulatoire”.

Et le sport ?

“Découverte et exploration” sont les mots clé de cette phase.

Tu seras plus ouverte pour tenter de nouvelles choses. Par exemple: un nouveau type d’entrainement, de nouvelles routines…

Et tu sais quoi ?

Expérimenter, essayer, tester. Tout ça va te faire progresser.

Pourquoi ?

C’est en sortant de ta zone de confort, de tes habitudes, que ton corps doit s’adapter. Constamment. Et combler tes lacunes.

Place au bodybuilding

T’en fais toi, de la musculation ?

Pas dans un but esthétique.

Mais dans celui de gagner en vitesse par exemple ?

Si tu veux être efficace (=gagner du muscle avec le moins d’efforts), cette période est optimale pour faire de la musculation. L’oestrogène va stimuler le développement musculaire.

Perso, la muscu, je déteste ça. Pourtant je sais bien qu’il faut en faire. Alors pour me donner bonne conscience, je fais un VRAI entrainement de musculation uniquement durant cette période. C’est ma manière à moi de faire de la musculation malgré ma réticence 🙂

Troisième période de surf: c’est l’ovulation

J+14

“You are the best. You are wonderful. You are unstoppable”

Telle une vraie surfeuse se mettant fièrement debout sur sa planche (ou pas 🙂 )!

via GIPHY

Bienvenue en terre ovulatoire (hihi)!

Te voici à l’apogée de ton cycle merveilleux.

Durant ces 3-4 jours, tu débordes d’énergie. Tu as confiance en toi. Tous les possibles sont à tes pieds.

Et le sport ?

Généralement, c’est “THE période”. Une période où tu atteindras tes meilleures temps. Où tu seras de meilleure humeur.

C’est l’idéal pour les entrainements difficiles (salut les séries) et aussi les compétitions.

Tu l’as compris! Si tu dois choisir entre deux compétitions à quelques jours d’intervalle, mise sur celle intervenant durant cette phase.

Attention tout de même. A cause du pic d’oestrogènes, tes articulations et tendons seront moins stables. Alors fais gaffe aux blessures, ne forces surtout pas ! (Bon il ne faudrait jamais forcer. Mais durant cette période, c’est particulièrement vrai !)

Et enfin la quatrième et dernière phase:

Chuuut. Tu entends ce bruit? Le boucan des vagues`?

Ca y est ! Tu es en plein dedans. Dans le tube de la vague. C’est ce qu’on appelle la phase lutéale, période post-ovulatoire.

Cette phase commence 3 jours après ovulation et finit 2 jours avant les règles.

Imagine-toi surfer là:

via GIPHY

Tu es ballottée en tout sens. C’est la période la plus instable de toutes.

La cause ? Les hormones bien sûr.

C’est comme si tu pressais en même temps la pédale d’accélérateur (dictée par les oestrogènes) en même temps que les freins (engendrée par la progestérone). Rien de plus contradictoire.

Sport dans la 4ème phase

Cette période est la plus compliquée à gérer pour la sportive. En général, tu as une baisse de performance. Mais ne t’inquiète pas, il faut reculer pour mieux avancer. C’est normal!

Ta fréquence cardiaque augmente et tu t’épuise plus vite. D’ailleurs si tu t’entraines avec un garmin ou autres: Ne prends pas à la lettre les valeurs. Elles seront (un peu) faussées.

Ta température corporelle augmente. Merci le processus physiologique qui en est responsable ! Encore une fois: les hormones.

Concrètement, tu auras plus de mal à supporter les grandes chaleurs. Si tu as une compétition, il faudra prévoir une certaine acclimatation.

Mais c’est pas tout! Le syndrôme prémensturel te guette avec au menu:

  • Rétention d’eau. Ma solution (testée approuvée): les bas de contention. Petite astuce: En Suisse, on a droit à 2 paires de bas pas année. Pris par l’assurance maladie. De plus, évite de manger trop salé.

  • Troubles de la digestion: Ballonnements, nausées… Perso j’en n’en souffre pas trop. Ou alors cela passe avec une petite tisane de fenouil. En naturopathie, on recommande le gattilier. Qui tente ?

  • Fringales: A moi la plaque de chocolat ! Si tu as des pulsions alimentaires durant cette période je te conseille :

    1) D’éradiquer toute boîte de cookies ou autre cheat aliment de chez toi. Pas de bras, pas de chocolat

    2) De manger des omega 3. Car ce problème peut être d’origine hormonale.
    Souvent les omega 3 sont associés au saumon. Oui, le saumon en contient beaucoup. Mais pour plusieurs raisons écologiques je n’aime pas manger trop de saumon. Perso je conseille plutôt les sardines, les noix, le lin et son huile, les graines de chia.

  • Troubles de l’humeur: Bah oui, c’est normal et c’est pas grave. Tes émotions te jouent des tours. Dis toi que c’est passager ! Ici, je peux te conseiller de prendre du millepertuis. Et bien sûr de consulter si c’est trop handicapant.

« Tu ne peux pas arrêter la vague, mais tu peux apprendre à la surfer »   

Jon Kabat-Zinn

Paroles de sportives pro

Perso, je trouve qu’on ne parle pas assez de ce thème. C’est tabou, voilà.

Voir que des sprotives pros suisses rencontrent les mêmes difficultés que moi, cela me fait du bien:

Même Michelle Gisin dans une interview de Swiss Olympics:

“J’ai ignoré mon cycle menstruel pendant de nombreuses années. Maintenant j’analyse mon cycle mois par mois et adapte mes entrainements en fonction.”

“De cette manière, j’ai par exemple appris que la semaine précédant la menstruation est la plus difficile pour moi. Je n’ai pas la même énergie que d’habitude. Je suis sensible et parfois de très mauvaise humeur.”

“La connaissance de mon cycle contribue à une vision globale de ce qu’est une athlète d’élite.”

Cycle menstruel et sport lors d’aménohrrée

Je ne suis pas médecin. Alors je te résumes ce qui me semble le plus important.

Si tu n’as plus de règles: consulte ! Un médecin du sport de préférence.

Avoir un cycle menstruel régulier est un important indicateur de bonne santé.

Cycle menstruel et sport: C’est tabou mais parlons-en!

Qui parmi vous a déjà oser annuler un entrainement à cause de son cycle ? C’est gênant d’en parler à son entraineur ou même à ses amis. Et pourquoi au fait ? La société ? La pudeur ?

Les athlètes interviewés par SwissOlympics l’ont dit: Une fois que la glace est brisée, il n’y a plus de tabou. Alors, qu’attendons-nous ?

Réconcilions notre cycle menstruel et sport!

Sources

https://swissolympic.ch/dam/jcr:9082c632-0d4f-427b-86ef-0fa8d2c8b04f/Menstruation_DE.pdf

Le mot de la fin

Voilà les amis, j’espère que cet article sur le cycle menstruel et sport vous a plus ! Si c’est le cas, n’hésite pas à le partager!

Je vous dis à la semaine prochaine

Salut

author-avatar

About Marie

Hello, moi c'est Marie! Je t'aide à progresser par la nutrition. Mon approche est respectueuse de ta santé, de l'environnement et surtout très simple à mettre en pratique, même si tu n'as pas le temps ! Actuellement, je dois sûrement être en train d'écrire un article, de lire un bouquin ou de faire un peu de sport.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *